mercredi 22 août 2018

Où sont les ponts routiers dangereux ?

En cette fin août 2018, à la suite de l’effondrement du pont Morandi à Gênes, on débat dans les médias sur l’état des infrastructures routières en France. Si vous avez raté, je recommande vivement le Téléphone Sonne (France Inter) du lundi 20 août, dont l’invité, Philippe Duron, sénateur et rapporteur de Mobilités 21, donne une vision d’ensemble des problèmes. Ce rapport de 2013 faisait un tri dans tous les projets accumulés dans le SNIT (Schéma national d’infrastructures de transport). Il mettait la priorité sur la modernisation d’infrastructures existantes (nœuds ferroviaires en particulier Lyon, desserte des ports maritimes du Havre et de Marseille, quelques aménagements routiers) et préconisait de repousser à plus tard de nouveaux équipements chers et à l’utilité discutée, comme les voies fluviales de liaison à grand gabarit Saône-Moselle / Saône-Rhin, l’A51 Gap-Grenoble ou la LGV Rhin-Rhône branches sud et ouest. Le souci d’entretien du patrimoine grandissait depuis quelques années. En 2006, un rapport réalisé par l’EPFL, l’école Polytechnique de Lausanne, avait alerté sur l’état du réseau ferré français. Il émettait l’idée de concentrer les ressources vers les lignes secondaires fréquentées, au prix de l’abandon des moins utilisées.

Bon, mais les ponts alors ?


Un moment, j’y arrive. La commission Mobilité 21 s’inquiétait aussi de l’état du réseau routier, avec mention spéciale pour les ponts. Page 14, on peut lire « En 2012, 15 % des chaussées et 12 % des ouvrages d’art du réseau routier national non concédé avaient un indice de qualité mauvais. » Les données récentes de 2016 recensent 6,4 % de ponts dans les catégories 3 (structure altérée) et 3U (travaux urgents) et 29,2 % si on y adjoint la catégorie 2E (risques à court terme pour la structure). Mais ces données agrégées par région ne précisent pas quels ponts sont concernés.


Avec un petit traitement graphique, on voit bien les ponts en question. Comment ça racoleur ?

Cependant, les données fournies par le ministère, une fois traitées, permettent de préciser le périmètre de recherche pour un localier qui ferait une enquête dans son périmètre. Je suis parti des données géographiques de l’état du réseau national non concédé et celles portant sur les trafics moyens journaliers annualisés (TMJA). Là-dessus, j’ai superposé dans QGIS les ponts routiers extraits de la couche IGN des points de franchissements, à l’aide de l’éditeur de requêtes (onglet source de la couche). Pour faire apparaître les ponts routiers sur les tronçons les plus dégradés, on procède à une série d’opérations, dans l’ordre :




- Sélectionner dans la couche IQOA (indice de qualité des ouvrages d’art) les tronçons en catégorie 3, avec l’outil de sélection par expression.
- Former autour de ces tronçons routiers un tampon de 100 mètres de large, soit à peu près l’emprise en largeur d’une autoroute. La commande Tampon se trouve dans la boîte à outil, accédée depuis le menu Traitements.
- Créer la sélection des ponts qui intersectent ces tampons avec l’outil de sélection par localisation, toujours dans la boîte à outil.
- On enregistre cette sélection dans un fichier ou une base géospatiale.
- Pour faciliter les recherche, on peut ajouter les coordonnées GPS de chaque point. Dans la calculatrice de champ, on créé un champ latitude = x(transform($geometry,  layer_property( 'couche_des_ponts', 'crs'), 'EPSG:4326')) et
et longitude = x(transform($geometry,layer_property( 'couche_des_ponts', 'crs'), 'EPSG:4326')).



La région Méditerranée est très concernée par le problème

 

La part cachée des collectivités


On part de l’hypothèse raisonnable que les ponts situés sur les routes dégradées sont dans un état similaire. Mais pour être fixé, il faut aller voir sur place ou trouver d’autres sources plus précises. La création de tampons est nécessaire pour faire une jointure spatiale car les routes sont représentées dans l’ordinateur par des lignes sans épaisseur. Trouver une intersection avec un point (un pont) relèverait presque du miracle.

La limite de cet exercice est qu'il ne concerne que le réseau routier national non concédé, un petite partie de l'ensemble des routes et des ponts du pays. Le nombre se trouve sur le réseau à la charge des collectivités locales, pour lequel on ne dispose pas toujours de données sur la fréquentation ou l'état.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire