vendredi 20 avril 2012

Où sont les numériques pour la photo-école ?

Un appareil destiné au photographe débutant devrait offrir des modes d'exposition où l'on choisit l'ouverture (A), le temps de pose (S) ou les deux (M) - comme j'explique ICI ou . Jouer avec ces paramètres fondamentaux de l'image photographique est nécessaire pour apprendre et pour créer. Les modes presse-bouton (portrait, enfant, sport, paysage...) sont destinés à d'hypothétiques consommateurs - à fuir, donc.


"On repasse en manuel"

Dommage qu'il n'existe pas d'appareil numérique limités à ces modes, j'exclus le Leica M9, un peu cher pour débuter. Serait-il possible d'avoir des appareils bon marché, didactiques et solides ? Dans les années 70 et 80, les Nikkormat et les EM étaient déjà un peu chers pour être confiés à des enfants. Mais il existait des boîtiers fabriqués en Union Soviétique, les Lubitels, fabriqués par Lomo.

Le Lubitel 2, corps en bakélite, résiste sûrement à l'hiver russe, 106 Francs à la Camif. C'est un format 6×6 (film 120) à bi-objectif, un pour la visée, un pour l'image, un trois lentilles pas si mauvais à petite ouverture. Diaph de f/4.5 à f/22, obturateur central mécanique de la pose B jusqu'au 1/250 eme, même temps pour la synchro flash. La mise au point sur un dépoli minuscule et sombre est pénible.



Le Lubitel 166 Universal, le dernier de la série, illustre ce post. Le boîtier est en plastique, la mise au point moins dure et il y a un cache pour faire du 4×6, ce qui donne 16 poses par bobine ! Presque du Luxe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire